Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/03/2009

[firefox] - Gestion des liens au clavier : naviguer sans souris.

mouseless.pngVoici une extension bien pratique : Mouseless Browsing elle permet en effet, comme sur la capture à gauche, d'attribuer un numéro à tous les liens présents au sein d'une page. Ainsi lorsque vous naviguez sur une page il suffit de taper le numéro correspondant au lien. Il existe également tout un tas de raccourcis permettant de naviguer avec uniquement le pavé numérique. Ainsi le + et le - permettent de naviguer de haut en bas, le divisé et le multiplié de naviguer dans l'historique et le 0 d'aller directement dans la barre d'adresse.

Il est possible de rajouter des exceptions, en effet dans certains cas, l'affichage est perturbé par tout ces chiffres. On peut également supprimer l'affichage de ces numéros de manière ponctuelle.

Dans le cas ou une boite de dialogue à le focus, il est possible de prendre la main avec la touche CTRL, la touche TAB quand a elle vous permet d'ouvrir le lien dans un nouvel onglet. En parlant d'onglet, il est également possible de naviguer dans les onglets avec ce systéme. Tout les onglets commencent par un zéro, ainsi pour voir le deuxième onglet il suffit de taper "02". C'est rudement plus pratique que le raccourcis clavier standard dans firefox ou que de prendre la souris.

L'extension est hautement configurable, on peut définir le type de numérotation souhaité, les touches raccourcis, de cacher les id pour certains éléments (image,...) et même de définir le style en css des blocs qui s'affichent.

Au final un extension trés bien pensé, et trés utile, je vous la conseille si vous voulez optimiser votre navigation. Konqueror propose une navigation identique (les access keys) mais beaucoup moins pratique à mon goût.

26/03/2009

[HADOPI] - L'europe contre la loi HADOPI

Je n'avais jusque là pas fait de note sur l'Hadopi, les articles et autres notes sur les blogs étaient suffisament nombreux pour ne pas en rajouter . Pourtant une bonne nouvelle semble être passé inapercu aujourd'hui, en provenance des euros-députés. En effet alors que l'examen du texte de Mme Albanel doit reprendre le 31 Mars, pour le parlement européen, une coupure d'accés internet, viole le droit d'accés à l'éducation, et vient donc d'adopter un texte dans ce sens et ce dans une trés large marjorité (481 voix pour, 25 contre et 21 abstentions). Ce texte, écrit par Stavros Lambrinidis (Grec-Socialiste)  pour le Conseil Européen,  considére que tout gouvernement ou société privé qui coupe un accés à internet, viole ce droit fondamental à l'éducation des personnes, ce qui est un signal trés fort en direction de la France et de la loi Hadopi. Le texte va même va plus loin en soutenant que, je cite "L'illettrisme informatique sera l'illettrisme du XXIe siècle". Si Bruxelles reconnaît ce droit, alors HADOPI ne pourrait plus avoir de consistance. Par contre les eurodéputés sont en faveur de sanctions pour protéger la propriété intellectuelle, mais sont farouchement opposés à tout contrôle des connexions en tant que solution... une lueur d'espoir dans le blackout ?

[lftp] - Ftp en ligne de commande à la vitesse de la lumière.

lftp1.pngVoici mon remplaçant à filezilla, que je trouvais trés bien, mais parfois un peu "lent", et puis toujours dans mon optique de remplacer le GUI par une alternative en ligne de console, j'ai cherché un candidat pour le FTP cette fois. Aprés avoir testé pas mal de logiciel (ncFTP notament), je suis tombé sur LFTP, et là ce fut le choc. Petit tour d'horizon de ce merveilleux logiciel définitivement adopé tant il m'a conquis.

Pourquoi tant d'éloge pour ce logiciel? Le descriptif sur le site parle de lui même. Tout d'abord l'aspect sécurité des transferts, en effet lorsque vous lancer un transfert, si problème il y a (coupure internet,..) lftp reprendra le transfert au point ou il s'est arrété. Le fonctionnement est identique lorsque vous fermez par inadvertance la console, lftp se place en nohup et finit son travail. Les entrées en ligne de commande supporte un fonctionnement identique a un shell, c'est à dire que vous pouvez trés bien mettre en arrière plan (avec &) un téléchargement, puis lorsque vous avez terminé vos différentes opérations on le rappelle avec fg.... tout ceci est vraiment pratique, il y a même l'autocompletion avec la touche TAB qui est supporté, un historique est présent...

I) Première connexion

pour se connecter à un ftp, il faut lancer : lftp -u NOM_d_UTILISATEUR,MOT_DE_PASSE ftp.monftp.fr
le -u permet d'indiquer le login suivi du mot de passe. Une fois connecté on peut naviguer dans les répertoires avec cd (comme en local), et possibilité d'utiliser TAB à tout moment pour naviguer rapidement dans l'arborescence. L'avantage majeur, c'est que une fois connecté on peut définir un marque page, en utilisant : bookmark add nom_du_marque_page et pour lancer le marque page : lftp nom_du_marque_page (avec tout l'autocompletion bien sur)... on récupére un fichier avec get, et on place un fichier avec put.

Pour lister le contenu d'un fichier ? Comme en local : ls ... et d'ailleurs puisqu'on parle de local, pour exécuter une commande en local, il faut utiliser ! devant chaque commande, ainsi un ls en local donne !ls

II) Les marques pages & les slots

On l'a vu on peut gérer ses marques pages avec bookmark add, mais il existe également bookmark edit (qui lance vi ou emacs...) pour gérer simplement les bookmark.  Pour lister rapidement les marques page on utilise bookmark list.

Une fois connecté, on peut gérer une notion de slots, en gros on crée plusieurs connections FTP et on navigue entre ces connexions.

III) Les "plus", indispensables

Avec tout ces éléments lFTP est un champion du ftp en ligne de commande, mais il ne s'arrête pas la, il est possible de récupérer plusieurs fichiers d'un coup avec mget, transfert de FTP à FTP, possibilité de synchronisation (voir la doc sur ubuntu-fr : http://doc.ubuntu-fr.org/lftp), gestion du temps avec "at", gestion de scripts pour les taches répétitives par exemple, le recursif (trés pratique pour vider un répertoire)... les options sont tellement nombreuses qu'il est impossible de toutes les lister ici, mais en tout cas une chose est sur : LFTP va vous permettre de palier à tout les cas que vous rencontrez. L'interaction en l'hôte local et le serveur FTP distant est trés bien pensé, j'aime cette esprit shell pour du ftp.

25/03/2009

[ascii] - L'ASCII-art, quelques logiciels.

217px-ASCII_full.svg.pngPour ceux qui ne connaissent pas je vous laisse lire la définition de l'ascii-art sur wikipédia.
Pour commencer voici un script en ligne de commande bien utile en certaines occasions. Il s'agit en fait de deux scripts qui traitent les images numériques (jpg, png..) et qui les convertissent en image visibles dans un terminal au format ascii.Le premier script converti l'image avec les caractères ascii, et donc en noir et blanc : Il est disponible ici. Sur le principe, il suffit de décompresser l'archive (il est possible comme indiqué sur le site, de créer un alias pour des raisons de simplicité). Voici un exemple de photo "asciiser" :

asciiinb.png

On reconnaît parfaitement la plaque de la rue des Halles à Brioude, j'ai fait par contre d'autres tests sur des photos plus rempli, les test ne se sont pas montré concluant à chaque fois. C'était sans compter sans l'ingéniosité de l'auteur (que je salut au passage) qui nous à sorti récement un version couleur de la chose ici. Comme une image est en génral plus parlante voici un exemple de rendu avec deux photos :

ascii.png

On distingue sur celle de gauche un fond d'écran ubuntu, et que l'autre un peu de verdure avec un château (Peles pour les connaisseurs)... Alors oui certes on ne fait pas de soirée photos en famille avec ce genre d'outil, et encore moins une gestion cohérente de ses albums. (non je n'ai pas encore atteint ce stade de masochisme, malgré mes aventures récentes avec la volonté de réduire mes applications GUI). Mais par contre l'utilisation à distance est une des options qui me plaît bien dans cet outil, en ssh on peut "apercevoir" ces photos et ainsi gérer plus facilement les photos lorsqu'on a pas accés à X.

Pour le rendu n&b on peut également jeter un coup d'oeil sur une application GTK : IMG-TXT qui permet un niveau de réglage assez fin. Et on peut également utiliser aview mais qui ne fonctionne qu'avec les images p[ngbp]m

En faisant quelques recherches sur le sujet je suis tombé sur ce projet (mais qui à l'air mort depuis 2001) http://aa-project.sourceforge.net/ ou le but était de porter les principaux logiciels en ascii-art : quake,... il existe même un logiciel qui s'appuie sur cette librairie regarder la télé via un tuner en ascii...

Pour du texte il existe figlet qui permet en tapant figlet La Linuxerie d'obtenir ceci  (mais il existe d'autre police):

linux.png

Et pour plus de contrôle (couleur,...) il existe toilet (basé sur la librairie caca : Colour AsCii Art library) voici un rendu :

linux.png

On utilise toilet, en mettant une font avec l'option -f et un filtre avec --filter il est également possible d'exporter vers du html. je vous laisse découvrir le man. Petite parenthèse le développeur est français (cocorico) il s'occupe notamment de projet debian et vlc (son blog) ...

Dans la même veine, Gimp permet d'enregistrer les images en ASCII, il suffit de prendre l'option ASCII-art lorsque l'on fait enregistré sous. Il est proposé ensuite un choix d'option : format brut, html.... qui permet de sortir des fichiers pour ses signatures de mails par exemple....

Et pour les vidéos ? mplayer avec l'option -vo caca et vlc (d'ailleurs je signale que vlc peut s'utiliser en ligne de commande avec -I ncurses)  ou il suffit d'aller dans les Paramétres -> Préférences -> Vidéo -> Module de sortie (coché l'option Avancé) puis dans module de sortie vidéo vous avez le choix entre ASCII noir et blanc ou couleur :

tele.png
Certes tout cela ne sert pas forcement à grand chose, mais un peu de futilité de fait pas de mal parfois.

21/03/2009

[inkscape] - L'interpolation sous inkscape !

interpolation_inkscape_intro.pngInkscape permet de faire des choses vraiment étonnante, en un rien de temps. J'ai par exemple toujours lorgné sur le splashscreen d'open office et ses lignes courbes. Je trouvais cela assez dynamique, intégrer ce systéme dans un design apporte un touche trés high tech. J'ai donc voulu me faire une petite affiche avec ce systéme. J'ai découvert avec plaisir l'interpolation sous inkscape. C'est un véritable jeu d'enfant. Suivez le guide je vais vous montrer comment faire une affiche pop/technologie.

La seule chose à savoir est que vos objets pour pouvoir bénéficier de l'interpolation doivent être en chemin : pour cela il suffit de prendre votre objet et de choisir le menu Chemin -> Objet en chemin (ou le raccourci CTRL+MAJ+C).

Ce que j'ai voulu fait tout d'abord c'est le fond, à la splash screen d'openoffice. J'ai donc tracé avec l'outil courbe de béziers (MAJ+F6) deux courbes, comme ceci :

interpolation_inkscape_courbe.pngUne fois mes courbes tracés, il faut ensuite les sélectionner toutes les deux, et les convertir en chemin, comme vu si dessus (avec CTRL+MAJ+C).

Laissez les courbes sélectionnées, et allez dans le menu Effet -> Générer à partir d'un chemin -> Interpoler. Ici augmenter le nombre d'étape d'interpolation (j'en ai mis 120) ce qui corresponds au nombre d'étape entre la courbe une et la deux. C'est le principe du morphing.

Cliquez sur appliquer et admirez le résultat. Faites plusieurs tests avec des formes de courbes différentes.

Nous avons maintenant le coté technologique souhaité pour notre fond d'écran. voyons maintenant comment ajouter l'effet pop désiré. Et quoi de mieux que des étoiles pour faire ressortir un texte... Créons un nouveau calque et masquons le calque avec l'ancienne interpolation. Nous allons encore utiliser l'interpolation mais sur des formes cette fois ci. Posons donc quatre cercles et 4 étoiles. choisissez la couleur que vous souhaitez mais je vous conseille une opacité de 50% pour chacune des formes pour faire ressortir l'interpolation. voici comment j'ai placé mes éléments :

 

interpolation_inkscape_star.png

 

Sélectionnez tout les éléments et convertissez les en chemin. N'hésitez pas pour plus d'effet à appliquer une rotation sur les étoile. Et à modifier la taille de chacun des éléments. Puis prenez une étoile et le cercle le plus proche. Retournez dans le menu d'interpolation et réglé le nombre d'étape comme désiré (ici j'ai mis 100). Refaites la même chose pour les 3 groupes restant (une étoile+un cercle). Reste à afficher le calque du dessous, un ajout de texte par dessus et le tour est joué :

 

interpolation_inkscape_end.png

Pour plus de coquetterie j'ai rajouté une étoile flouté pour masquer le point de départ, et éviter ainsi l'effet de superposition des cercles sous le titre. Un tutoriel sur une fonctionnalité toute simple mais qui permet de réaliser de grande chose.

[wmii] - Austérité volontaire ? Pas si sûr !

johnny_automatic_leaf_decoration_2.pngQuand j'ai commencé a tester Wmii et les "tiling manager" la première impression qui vient est forcément visuelle. On ne voit pas grand chose en fait, à l'opposé d'un Kde4 ou d'un E17, ou tout est beau visuellement, les barres d'état brillent, les icônes s'agrandissent... bref c'est trés visuel. Donc en arrivant sous Wmii, c'est forcément tout l'opposé qui s'offrait à moi. firefox n'avait plus de théme, mon fond d'écran était gris sombre... bref c'était trés austère. Mais finalement n'était ce pas le but rechercher ? se concentrer sur le fond plutôt que la forme ?  Si bien sur. Mais on en est pas moins humain et un peu de clinquant ne fait pas de mal (aprés tout on est pas là que pour travailler non ?). Bref, j'ai donc cherché à customiser mon wmii.

Ma premiére tâche fut de vouloir lancer au démarrage quelques programme pour me rendre la vie plus facile. J'ai donc lancer un nano sur mon fichier de configuration de wmii : .wmii-3.5/wmiirc dans mon répertoire utilisateur. (que j'ai au préalable copié de /etc/X11/wmii-3.5/wmiirc ... au cas ou on ne sais jamais). Je me suis rendu à la fin du fichier avant "wmiir read /event |" et  la boucle while, et j'ai ajouté un xset -b& (n'oublions pas le & c'est important) pour éliminer le bip systéme. j'ai également placé un numlockx on& afin de ne pas avoir a taper sur la touche verr num. Et surtout je me suis dis que le top du top serait d'avoir un fond d'écran, oui mais un fond d'écran animé alors j'ai choisi le screensaver blocktube (j'avoue avoir hésité avec glmatrix mais ca faisait un peu too-much) et ai tapé : /usr/lib/xscreensaver/./blocktube -root& ... j'étais pret à visualiser mes premiers changements. Mais au lieu de faire comme sous KDE ou sous Gnome, je n'ai pas eu besoin de me délogguer, il m'a suffit d'utiliser MOD+a (par défaut MOD est ALT gauche) et d'aller sur l'option wmiirc. Et la, oh, miracle, un fond d'écran animé... je vous en donne une petite capture (dommage vous ne voyez pas le fond bouger ;-) :

my_desk.jpg
Comme vous pouvez le voir j'ai plusieurs applications mais en mode flottant, en effet ce mode est indispensable pour certaines applications : gimp, vlc, ... Par défaut on passe en mode flottant avec MOD+SHIFT et ESPACE. Mais cela devient vite génant si à chaque fois que vous lancer gimp ou xterm vous devez utiliser cette combinaison. On peut donc définir des régles dans le fichier wmiirc, à la section Tagging Rules. Le fonctionnement en est simple : on définit l'expréssion régulière qui caractérise notre programme, et ce que l'on en fait. Si l'on veut dire par exemple que xterm se lance en mode flottant il suffit de mettre /xterm/ -> ~ le tildé permet d'indiquer le mode flottant. Mieux on peut dire que tel ou tel application se lancera dans un onglet avec un nom particulier (pratique au lieu de faire MOD+SHIT+t) ainsi si je veut que firefox se lance dans un onglet firefox il me suffit d'écrire : /.*Firefox/ -> firefox (le .* devant permet de dire le nom de la fenêtre qui se termine par Firefox).

L'autre soucis que j'ai rencontré était que quand on créait un tag, et qu'on déplacait un fenêtre dedans cela ne nous ammené pas directement dans le tag approprié, il fallait faire MOD+t pour se déplacer dans les tags, ce qui était au final assez lourd. Toujours dans wmiirc, il suffit  d'aller dans l'Event CreateTag et de rajouter : wmiir xwrite /ctl view "$@" et le tour est joué. Lorsque vous créez vos tags, avec cette ligne le focus se place automatiquement sur le nouveau tag. Je vous parlerais de ce fameux wmiir xwrite dans une prochaine note, en fait wmii utilisee un pseudo systéme de fichier : plan9, c'est vraiment souple et trés utile.

Dernier point : les applications gtk sous wmii sont vraiment assez ... trés ... enfin c'est trés 1990. Donc pour améliorer un peu l'ensemble, et sans mettre trop les mains dans le cambouis, il suffit d'installer gtk-chtheme et de choisir ce qui nous convient le plus, j'ai donc retrouvé sous firefox et avec grand plaisir, le thème clearlook.

20/03/2009

[finch-CenterICQ-CenterIM] - messagerie multi-protocole en ligne de commande

johnny_automatic_crashing_wave.pngJe continue donc ma petite expérience, pour l'instant cela fait deux semaines que je ne suis pas retourné sous un environnement "graphique". J'ai trouvé des alternatives extrêmement pratique à pas mal d'outil GUI. L'étape suivante de mon aventure fut de trouver un client multi-protocole en ligne de commande. Trés honnêtement le choix fut vite fait car les clients ne sont pas légion. En effet je me suis retrouvé devant un choix de quelques logiciels. J'ai tout d'abord testé CenterICQ mais il a planté sur mon poste quasi systématiquement, et à chaque redémarrage il m'a fallut rentrer de nouveau toutes les informations des comptes. Peut être était-ce dut à ma machine (ou au paquet de ma distribution), quoi qu'il en soit et comme le projet CenterICQ était mort (et aprés avoir testé CenterIM sans avoir accroché) je suis vite passé à finch . Ce petit bout de logiciel est en fait le pendant en ligne de commande de pidgin que j'utilisais sous gnome. La configration est on ne peut plus simple, il a récupéré mes contacts de pidgin, tout s'est configuré proprement. Les touches sont faciles d'un point de vue mnémotechnique. La touche META(en général ALT) + N comme next, pour la fenêtre suivante, et META+p pour previous pour la fenêtre précédente. Il est possible de bouger une fenêtre avec META+M (comme move)... il est même possible d'activer la souris en éditant le fichier ~/.gntrc et d'y ajouter mouse = 1 dans la section [general] .... le man finch est trés bien documenté pour ce fichier de configuration d'ailleurs (choix des couleurs...). Tout ceci serait parfait, et me plairait beaucoup si ce n'est un détails... je n'arrive pas a faire fonctionner les accents.. en effet que je tape un é ou un à rien n'apparaît a l'écran. Si bien que mes correspondants se demande si mes phrases ont un sens parfois. La parade existe : utiliser screen. En gros vous lancez en ligne de commande : screen finch et le probléme est  corrigé. Mais cela m'a un peu refroidi malgré mon enthousiasme du début. Si quelqu'un à la solution pour faire fonctionner les accents sous finch directement dans un xterm, gnome-terminal ou terminator ... je suis preneur. Car finch tout comme Pidgin est excellent.

15/03/2009

[wmii] - "Suck-less" mode (limitation d'utilisation des applications graphiques partie 2)

johnny_automatic_beet.pngJe continue mon aventure, dans la plongé du mode console. Aujourd'hui j'ai décidé de m'attaquer à la source : le gestionnaire de fenêtre. Quoi de plus aisé que d'avoir une barre des tâches (voire plusieurs), une liste des fenêtres ouvertes... des icônes sur le bureau, des dossiers pour ouvrir un gestionnaire de fichier... oui mais voila tout cela, n'est pas optimisé à mon goût. Mon point de départ je le rappelle est la limitation de l'utilisation des applications en mode graphique pour se concentrer sur l'essentiel : l'action que l'on souhaite produire. J'ai déja migré mon lecteur de fichier audio sous mp3blaster (et sur de nombreux conseils je suis en train de lorgner sur mpc). mp3blaster que j'avais placé dans un tilda. Cette solution convenable, dans un premier temps, m'a amené à me poser la question suivante : est-ce que la notion de fenêtre qui se chevauchent les unes au dessus des autres, est la meilleure des organisations ? les bureaux "modernes" nous fournissent ce principe de fonctionnement sans remise en cause de la finalité d'une utilisation quotidienne et optimisé d'un bureau. gnome, kde, windows, e17, icewm... et j'en passe, fonctionnent sur ce principe. Mais est-il le meilleur des fonctionnements ? j'ai donc décidé de me tourner vers des bureaux avec un principe d'empilement, ainsi lorsque vous lancer une application une "frame" s'ouvre et permet la visualisation des X éléments ouverts. Voici ce que cela donne :

wmii.png

Rassurez vous il est bien sur possible de lancer, gimp firefox et autre programme indispensable, en plusieurs mode (plein écran, ...). nous verrons cela tout a l'heure.
J'ai testé plusieurs gestionnaires de ce type, xmonad, ion3... chacun avait ces avantages, ces inconvénients, mais j'ai vraiment accroché avec wmii.

Disons que pour débuter j'ai pris wmii. La première chose qu'il m'a fallut faire à été de supprimer le bip systéme, j'ai donc ouvert mon .bashrc et ai rajouté la ligne xset -b j'étais alors tranquille je pouvais travailler en silence en cas de fausse touche. Ensuite j'ai récupéré le fichier de configuration par défaut pour le placer dans mon répertoire et pouvoir commencer à bricoler sans risque :

        cp /etc/X11/wmii-3.5/wmiirc ./wmii-3.5        

Ce script est également le centre de wmii, on peut l'exécuter pour relancer wmii (avec l'option start, stop, reload...) bien pratique surtout quand on test, cela évite de repasser par l'étape du gestionnaire de connexion.

Ma deuxième modification a été de changer la touche MOD (par défaut ALT mais cela crée des conflits avec les raccourcis sous firefox (ALT+D par ex)) j'ai donc ouvert le fichier de configuration mentionné plus haut, et j'ai donc changé la variable MODKEY=MOD1 en MODKEY=MOD4 pour avoir la touche windows active (il fallait bien qu'elle serve a quelque chose cette touche...). Voila j'étais prêt à me lancer tête baissé dans ce nouveau monde.

J'ai donc lancé wmii, et j'étais devant une page noire... j'avais blackouté mon gestionnaire de fenêtre ! seul en bas, des indications sur la date et l'heure. tout se passe au clavier. La première approche a été de lancer un terminal, il suffit d'appuyer sur MOD+ENTREE, hop un xterm se lance. J'aime bien terminator alors j'ai été modifie WMII_TERM dans le fichier de configuration. on lance un, deux, trois terminals, ils s'empilent, c'est plutôt agréable. Pour lancer une application, il suffit de faire appel à MOD+P et une interface en bas vous propose différents choix en fonction de ce que vous tapez. On lance donc,firefox, thunderbird, tout s'empile.... pour naviguer entre toute ces fenêtres rien de plus simple :  MOD+j ou MOD+k. Cela commençait a me plaire.

On peut modifier l'affichage avec MOD+d qui est l'affichage par défaut, ou les applications se répartissent l'espace. On peut également, passer également faire en sorte qu'une application prennent tout l'espace et que les autres n'affiche que le haut de la fenêtre : MOD+s

Par défaut tout s'empile de haut en bas, il est possible d'utiliser l'espace vertical : si vous avez plus de deux applications ouvertes, vous pouvez en passer une sur une deuxième colonne avec MOD+SHIFT+h à gauche et MOD+SHIFT+l

La question se pose : quid d'application multi fenêtre comme the Gimp ? il est alors possible de passer en mode flottant avec MOD+SHIFT+SPACE, le fonctionnement est alors commun avec ce que nous connaissons sous gnome, kde...

Vous remarquerez en haut a gauche de chaque application un carré, en cliquant dessus vous pouvez en mode par défaut (MOD+d) redimmenssionner les espaces entre chacune des applications.

Au fur et à mesure que l'on ouvre des fenêtres on se dit que les espaces de travail avait du bon. Miracle cela existe aussi sous wmii, cela s'appelle des vues. Il existe ici deux fonctionnements : soit avec des chiffres (on décide de mettre firefox sur la vue 2, thunderbird sur la vue 3 ....) cela se fait avec MOD+SHIFT+le_nombre pour déplacer l'application sur la vue désiré. et on y accéde avec MOD+le_nombre. En bas les vues se rajoutent...mais imaginez que vous créeiz 10 vues, les chiffres vont finir par être trés peu explicite. il existe un systéme identique mais avec des tags : MOD+SHIFT+t vous permettra de taper un nom de vue (firefox par ex) et de déplacer l'application sur cette nouvelle vue. pour se rendre sur la vue il suffit de faire MOD+t et soit d'utiliser les flêches du clavier, ou de taper le nom de la vue (TAB pour compléter le nom fonctionne et c'est trés pratique)

J'ai vraiment apprécié de nombreuses chose dans ce principe de fonctionnement, aprés plusieurs heures de travail avec wmii, j'ai voulut tenté le retour sous gnome, tout m'a semblé étonnament figé, et difficilement accéssible.... je suis donc retourné sous wmii, j'envisage un essai de awesome qui me semble assez complet et surtout pour le respect de nombreux standard de freedesktop. L'usage de  ce type de bureau n'est certainement pas à recommander à tout le monde, mais pour ceux qui veulent expérimenter quelques choses de nouveaux, qui veulent délaisser la forme au profit du fond, je conseille l'aventure cela vaut vraiment le détour.

14/03/2009

[mp3blaster] - La musique en ligne de commande

BenBois_Vinyl_records.pngJ'ai depuis quelque temps un drôle d'idée qui me trotte dans la tête : me passer au maximum d'application graphique. Pourquoi me direz vous ? Tout simplement parce que je me suis rendu compte du temps perdu à cliquer, cliquer et cliquer. Pour avoir fait des essais je vais infiniment plus vite pour déplacer un dossier par exemple, lorsque je fais un mv, plutôt qu'une navigation avec nautilus. Première étape de mon périple, et pour le rendre plus agréable : la musique. Le choix étant vaste, je me suis porté sur le Amarok de la ligne de commande : mp3blaster surtout qu'une mise à jour à été faite il y a quelques semaines avec la version3.2.5, (pour information la dernière ma date de 2006). Je l'utilise depuis quelques jours et j'ai maintenant du mal à m'en passer. J'ai en plus trouvé ma configuration idéale : j'ai installé tilda, pour avoir toujours à porté de clavier mon lecteur audio.  Mais on peut le lancer dans un e console virtuelle (CTRL+ALT+F2 par ex.). Voici un petit tour d'horizon des principales commandes de cet outil.

Lorsque vous lancez pour la première fois mp3blaster, vous obtenez une interface que l'on pourrait décomposer en 3 parties, la partie supérieure est un guide qui vous rappelle les principales fonctions du logiciels et les raccourcis. Ici les touches + et - vous permettent de faire défiler les indications.

La partie inférieure gauche est la partie, fichiers, c'est là ou vous aller sélectionner, naviguer pour trouver vos fichiers.

Et la partie de droite est la partie "télécommande" qui permet de contrôler la lecture : stop, suivant, précédent, niveau de lecture....

Vous vous retrouvez donc devant cette interface, sur laquelle il nous faut lire les fichiers, la touche F1 vous permettra de naviguer pour sélectionner un répertoire. Une fois dans le répertoire vous pouvez soit lire un fichier en appuyant sur la touche ENTREE, ou bien ajouter tout les fichiers avec F3. Ou derniere option sélectionner les fichiers un par un avec la barre d'espace (pour les ajouter dans une liste de lecture avec F3)

Une recherche de fichier est possible avec / ...

Le plus agréable est de pouvoir controler avec le pavé numérique, 4 pour précédent, 5 pause, 6 suivant et 2 stop. Un vrai plaisir ! Pour monter le son les touches supérieure et inférieure sont là.

D'autre options, vous permettent de rennomer un fichier, de le convertir en wav, de l'effacer, de le marquer comme mauvais (et de le placer dans un répertoire approprié). Il est même possible de lire les fluxs internet.

Il y a également une notion de groupe, de playlist.... tout est présent, bien pensé. Seul regret tout est en anglais. Mais vu la qualité de l'outil, on s'adapte.

Etape 1 franchit. j'écoute maintenant ma musique en ligne de commande.

screenshot_01.png

08/03/2009

[pdf] - Convertir en masse des fichiers WORD en PDF

374385.jpgJ'ai eu cette semaine à faire face à un cas bien particulier, un client m'a fait parvenir une centaine de fichier word (au format Word), ces documents devaient être placé sur son site web... Farouche opposant à ce format de fichier, j'ai donc informé le client, sur les risques qu'engendrait l'utilisation de ce format sur un site web : impossibilité de lire ces fichiers pour ceux qui ne possèdent pas le pack office, problème de compatibilité entre les versions... bref, j'ai convaincu  mon client de faire des liens vers des PDF. Seulement voila convertir cette masse de fichiers en PDF ne s'annoncait pas comme une mince affaire. J'ai donc dégainé ma trousse à outils GNU/Linux, et en moins de 10 minutes j'ai pu avoir tout mes fichiers au bon format. Merci bash et les macros d'openoffice. voici comment procéder :

Ouvrez OOwriter (Traitement de texte openoffice) puis cliquez sur le menu Outils -> Macros -> Gérer les macros -> OpenOffice.org BASIC.

Sélectionnez Mes Macros -> Standard -> Module1 et cliquez sur Editer. Effacer les trois lignes présentes dans l'éditeur, et coller le code ci dessous :

        REM  *****  BASIC  *****

Sub ConvertWordToPDF(cFile)
cURL = ConvertToURL(cFile)
oDoc = StarDesktop.loadComponentFromURL(cURL, "_blank", 0,
Array(MakePropertyValue("Hidden", True), ))

cFile = Left(cFile, Len(cFile) - 4) + ".pdf"
cURL = ConvertToURL(cFile)

oDoc.storeToURL(cURL, Array(MakePropertyValue("FilterName",
"writer_pdf_Export"), ))

oDoc.close(True)

End Sub

Function MakePropertyValue( Optional cName As String, Optional uValue )
As com.sun.star.beans.PropertyValue
Dim oPropertyValue As New com.sun.star.beans.PropertyValue
If Not IsMissing( cName ) Then
oPropertyValue.Name = cName
EndIf
If Not IsMissing( uValue ) Then
oPropertyValue.Value = uValue
EndIf
MakePropertyValue() = oPropertyValue
End Function

Enregistrez et quitter OpenOffice, il nous reste à créer un fichier qui s'appelare doc2pdf, de le rendre exécutable (avec chmod +x doc2pdf) et d'y coller le code suivant :

  #!/bin/sh  DIR=$(pwd) DOC=$DIR/$1                                                                                
/usr/bin/oowriter -invisible
"macro:///Standard.Module1.ConvertWordToPDF($DOC)"

Voila, il ne reste plus qu'a taper : doc2pdf mon_fichier.doc et vous aurez un joli mon_fichier.pdf. Mais vous allez me dire, comment as-tu fait pour la centaine de fichier ? Et bien un simple :
for i in *.doc; do echo $i; doc2pdf "$i"; sleep 5; done

Rendons à césar ce qui est à césar, cette astuce à été trouvé ici